Très classe, Zemmour compare le hashtag #BalanceTonPorc à la dénonciation des juifs en 39-45.

Publié le 18 octobre 2017
Visiblement, Eric Zemmour n’est pas vraiment « pour » le hashtag #Balance TonPorc.

Il était invité, en compagnie de son compère Eric Naulleau, sur le plateau de Village médias, émission présentée par Philippe Vandel sur Europe 1. Bien entendu, les deux hommes ont été interrogés sur des sujets d’actu’ chauds, dont celui du hashtag #BalanceTonPorc. Créé à la suite des révélations de l’affaire Weinstein, celui-ci offre une exposition inespérée à ces femmes aillant été victimes de harcèlement sexuel.

Cependant, l’essayiste lui n’y voit qu’un drôle de système de délation, qu’il compare à la France des années 39-45 : « Moi, vous savez, dès que je vois une meute, je me méfie. Et là, c’est vraiment des méthodes étonnantes de délation. C’est-à-dire, pendant la guerre, on aurait dit de libérer la parole aussi. ‘Dénonce ton juif’, ça aurait été parfait. […] C’est de la délation, point barre, c’est tout ce que c’est. ».

Interloqué, Vandel lui fait remarquer alors que cela aide les femmes à discuter de ce type de souci qu’elles peuvent rencontrer dans leur vie. « Vous ne pensez pas que le plus important, c’est la parole des femmes qui se libère ? », demande-t-il ainsi. A cette question, Zemmour souffle, ricane et balance une nouvelle punchline : « Moi, j’ai pas l’impression que la parole des femmes ne s’est jamais libérée. ». Classe.